Coronavirus : cinq questions sur l'utilisation de gel hydroalcoolique contre le Covid-19

по автору: Ludovic Eskes

Avec les masques chirurgicaux, ils sont devenus les best-sellers des pharmacies depuis le début de l'épidémie de coronavirus. Les gels et solutions hydroalcooliques, qui permettent de se nettoyer les mains sans eau ni savon, sont recommandés par les autorités sanitaires pour lutter contre la propagation du Covid-19.

>> Suivez les derniers développements sur le coronavirus en direct

Le message est visiblement bien passé, car ces produits se retrouvent souvent en rupture de stock, comme le rapporte France 2. Face à certains acteurs qui profitent de la pénurie pour augmenter les prix, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a annoncé mardi 3 mars qu'il tenait "prêt un projet de décret d'encadrement des prix" si les débordements étaient trop nombreux. 

Franceinfo répond à cinq questions sur ce type de produits.

Comment ça marche ?

Composé de plusieurs principes actifs, parmi lesquels l'alcool, l'eau oxygénée (peroxyde d'hydrogène) et le glycérol, le gel hydroalcoolique permet d'éliminer les bactéries, les champignons et les virus qui transiteraient par la peau et qui pourraient être ensuite accidentellement ingérés en cas de contact avec le nez ou la bouche.

Pratique grâce à son évaporation rapide et au fait qu'il peut être utilisé sans eau, le gel hydroalcoolique a vu son utilisation se démocratiser durant les années 2010, lorsque des autorités telles que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ou l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) ont commencé à recommander son usage.

Le gel hydroalcoolique est-il plus efficace qu'un lavage de mains classique ?

L'un ne remplace pas l'autre. "Le gel hydroalcoolique est efficace pour tuer un virus (…). Il est donc très pratique quand on n'a pas la possibilité de se laver les mains. Mais il n'a pas d'effet nettoyant", indique France Bleu

"Il y a quelques 'trous' des solutions hydroalcooliques", confirmait à France 5, en mars 2016, le professeur Jean-Christophe Lucet, chef de service de l'unité d'hygiène et de lutte contre les infections nosocomiales à l'hôpital Bichat, à Paris. "On peut les utiliser dès lors que les mains ne sont pas visiblement souillées par des matières organiques ou des liquides biologiques", tels que du sang ou des excréments.

Il convient donc de continuer à se laver les mains au savon, à condition de le faire convenablement : c'est-à-dire entre 40 et 60 secondes (rinçage et séchage compris), et avec une méthode bien précise, selon les recommandations de l'OMS (document PDF).

3 Comment bien utiliser un gel ?

Si vos mains sont déjà propres, vous pouvez utiliser le gel hydroalcoolique "sur toute la surface de la main et jusqu'au poignet, ne pas l'appliquer sur des mains mouillées, car le produit est dilué et les bactéries les moins sensibles vont survivre, et frictionner jusqu'à ce que le produit soit sec", indique au HuffPost Philippe Glaser, directeur de l'unité Ecologie et évolution de la résistance aux antibiotiques à l'Institut Pasteur.

Là encore, l'OMS a publié une vidéo d'instructions qui permet de mieux visualiser la marche à suivre.

 

4 Est-il possible d'en fabriquer soi-même ?

Oui. L'OMS (encore elle) a publié un guide (en PDF) en ce sens. Si vous souhaitez tenter l'expérience, il vous faudra de l'éthanol 96%, ainsi que du peroxyde d'hydrogène 3% et du glycérol 98%, que vous pourrez trouver en pharmacie sous les noms respectifs d'eau oxygénée et de glycérine.

Pour un litre de gel, mélangez 833,3 ml d'éthanol, 41,7 ml de peroxyde d'hydrogène et 14,5 ml de glycérol. Complétez le mélange avec de l'eau distillée ou bouillie puis refroidie jusqu'à arriver à une contenance d'un litre, puis touillez délicatement. Votre gel est prêt ! Il ne reste qu'à faire reposer le flacon dans lequel vous l'aurez transvasé durant 72 heures afin de détruire les spores bactériennes potentiellement présentes dans l'alcool ou dans la bouteille, indique l'OMS.

 

5 Peut-il endommager vos mains ?

Non. Cité par le HuffPost, Pierre Parneix, médecin de santé publique et d'hygiène hospitalière au CHU de Bordeaux, assure que les solutions hydroalcooliques "réduisent la flore permanente de l'épiderme ; mais celle-ci se reforme très rapidement".

"Autrefois, les solutions étaient très irritantes, mais la plupart contiennent aujourd'hui de la glycérine, un agent barrière qui protège contre les fissures et les gerçures sur les mains", expliquait en 2014 Alex Carignan, professeur au département de microbiologie et d'infectiologie
 de l'université de Sherbrooke (Canada), dans le quotidien québécois La Presse. "Les irritations surviennent en cas de lavages des mains à l'eau répétés quotidiennement, pas avec les gels alcoolisés."